5 astuces pour anticiper l’apparition d’un conflit

Ce qu’il y a de pire dans la gestion d’un conflit, c’est lorsque cela nous tombe dessus sans l’avoir vu venir. Il y a des situations dont on sait qu’elles seront houleuses donc on se prépare, on anticipe pour affronter la situation.

Mais lorsque cela nous tombe dessus sans prévenir, on peut se sentir démuni et être dans l’incompréhension, voir la sidération : « mais pourquoi il/elle s’énerve ? Qu’est-ce qui se passe ? Je ne comprends pas ».

 

L'échelle des conflits

Avant d’aller plus loin, je pense qu’un petit focus sur l’échelle des conflits s’impose. On distingue une progression du conflit en quatre étapes, dont le conflit est le point culminant. Pour cela je vous propose l’utilisation de l’échelle PIDC :

P comme problème : quels sont le ou les problèmes perçus par l’une ou l’autre des partis ? Sachant que de ne pas avoir perçu l’un des problèmes peut également devenir l’un problème : p

I comme Incompréhension : il existe un décalage de perception entre les deux parties, qui n’ont pas la même vision de la situation, et ne réussisse par à comprendre la pensée de l’autre.

D comme Désaccord : les partis ne sont pas en phase sur la solution mettre en place pour résoudre le problème, et ne veulent pas en démordre.

C comme conflit : L’aspect émotionnel vient s’ajouter aux désaccords et aux incompréhensions, entrainant un affrontement des heurts entre les deux partis.

Le stade du conflit est d’autant plus compliqué à résoudre que la gestion des émotions peut prendre le pas sur le problème lui-même. Une fois résolu, on se souviendra davantage de l’émotion ressentie que du problème qui l’a causé, et qui sera en second plan.

L’exemple typique sont les querelles familiales là l’issue desquelles des individus peuvent rester des années sans se voir en oubliant l’origine d’un conflit et en conservant une rancune tenace vis-à-vis des émotions que le conflit à fait apparaître.

Anticiper l’apparition des conflits et détecter les problèmes

Plus un problème sera détecté tôt, plus il sera simple de le résoudre, aussi, voici quelques méthodes que j’utilise pour essayer de toujours rester aligné avec mon entourage.

  1. Percevoir un changement : un changement d’habitude dont on ne saisit pas le motif (des personnes qui ne vous disent plus bonjour, ou qui ne veulent plus manger avec vous par exemple).
  2. Un ton de voix ou une attitude plus froide qu’à l’ordinaire
  3.  L’arrêt de toute communication
  4. Des discussions plus houleuses sur certains sujets.

 

La difficulté lorsque l’on est confronté à ces situations-là est de savoir ou positionner le curseur : est-ce que c’est lié à vous, ou bien est-ce un mouvement d’humeur passager lié à un problème qui n’a aucun rapport avec vous ?

Il existe différentes méthodes lorsque l’on repère des signes sans être sûr de leur signification :

  • Ne rien faire, mais rester à l’écoute : on attend que se manifestent ceux/celles qui auraient quelque chose à dire. C’est leur responsabilité, on ne la prend pas pour eux. On reste tout de même attentif pour ne pas créer un problème qui n’existerait pas sans notre intervention.
  • Poser des questions ouvertes, on se renseigne sur l’état de l’autre sans faire mention des signes observés : se renseigner sur comment la personne va ou bien ou elle est sur tel projet.
  • Observer son attitude face aux autres : est-ce que vous remarquez la même attitude qu’avec vous ?
  • Passer par quelqu’un d’autre, une relation commune qui pourrait être dans la confidence et faire le point sur les signes observés.
  • S’expliquer avec la ou les personnes concernées sur les signes observés et leur demander si tout va bien, s’il y a quelque chose dont elle aimerait vous parler.

Points d'attention

Quelques points d’attention à appliquer avant de se lancer dans ce questionnement :

  • Plus vous serez en confiance avec l’autre, plus il vous sera facile d’aborder cette discussion.
  • Tenez-vous au courant, intéressez-vous aux autres, vous pourrez ainsi anticiper l’apparition de problème.
  •  Détecter les signes ne signifie pas fliquer : il ne s’agit pas d’oppresser l’autre en l’espionnant, mais de s’interroger sur les causes d’une potentielle dégradation de la relation.
  •  Le faire avec comme motivation de comprendre, résoudre, et non avec animosité pour sanctionne. C’est l’intention qui fera toute la différence et la façon dont sera perçu votre message.

 

Avec la meilleure volonté du monde, il est cependant impossible de tout anticiper, les perceptions d’une situation dépendant de chacun, et ce qui posera problème à une personne en laissera, une autre, complètement indifférente.

De même, parfois les signes sont invisibles, et cela n’est pas de votre faute. Le plus important étant d’être dans une posture de porteur de solution, et à l’écoute de l’autre pour résoudre le problème.